samedi 20 septembre 2014

Road trip vers Yellowstone

Le "road trip" est un concept qui prend tout son sens aux États-Unis. Cela peut paraître curieux de mettre en avant le voyage en voiture lorsque l'on prend des vacances, mais ici l'échelle du pays fait que l'on n'a pas d'autre choix que de rouler beaucoup pour se rendre d'un point à un autre, donc tant qu'à faire, autant prendre cela positivement, rouler confortablement et profiter des paysages somptueux.

Cet été, nous avons décidé de visiter le parc national de Yellowstone et ses environs et d'y retrouver Bastien et Laurie Gavroche qui faisaient un road trip de leur côté. San Francisco - Yellowstone, c'est 1500 km aller simple ; il faut traverser la Californie, puis le Nevada, puis un bon morceau de l'Idaho, pour finalement arriver dans le parc qui est à cheval sur le Wyoming, le Montana et l'Idaho.

Yellowstone, c'est un peu la mère de tous les parcs nationaux américains, c'est en effet le premier à avoir été créé en 1872, couvrant une superficie de 8983 km2 il est plus grand qu'un département français, il compte 1500 km de chemins de randonnée et plus de deux millions de visiteurs le visitent chaque année. Avant de séjourner dans le parc, nous étions quelque peu épatés que le congrès américains, sous l'impulsion de Ferdinand V. Hayden, aient eu la clairvoyance,  de créer une réserve naturelle pareille dès 1872. En fait nous sommes un peu tombés de haut quand nous avons appris que si le congrès a bien voté la loi créant le parc, rien n'a alors été prévu pour le faire fonctionner et encore moins pour protéger les populations indiennes qui vivaient là. Faute de mieux, c'est donc l'armée qui a été envoyée et les indiens Sheepeaters du peuple Shoshone furent priés de déguerpir. En 1877 la tribu des Nez Perce (natifs de l'Oregon), pourchassée par l'armée, traversa le parc en prenant au passage quelques touristes en otages dont deux furent tués. Plusieurs batailles eurent lieux à Yellowstone, la dernière eu lieu plus au nord, non loin de la frontière canadienne et le Chef Joseph se rendit finalement avec ses braves en prononçant les paroles suivantes :


Chief Joseph
"I am tired of fighting.  Our chiefs are killed.  Looking Glass is dead.  Toohulhulsote is dead.  The old men are all dead.  It is the young men who say yes or no. He who led the young men is dead. 
     It is cold and we have no blankets.  The little children are freezing to death.  My people, some of them, have run away to the hills and have no blankets, no food.  No one knows where they are--perhaps freezing to death.  I want to have time to look for my children and see how many I can find.  Maybe I shall find them among the dead. 
     Hear me, my chiefs.  I am tired.  My heart is sick and sad.  From where the sun now stands, I will fight no more forever. "

Bref, quasiment plus de trace d'indiens à Yellowstone et pas vraiment de prise de conscience de la part des américains !

Yellowstone est surtout connu pour son activité hydrothermale et notamment ses geysers. Il faut réaliser que le parc est essentiellement ce qui reste d'un gigantesque volcan (imaginez un seul volcan dont le cratère, nommé dans ce cas "caldeira", mesure 55 x 72 km), ce super volcan se situe au dessus d'un point chaud du globe, c'est à dire à proximité d'une chambre magmatique d'à peu près la même taille que la caldeira et qui remonte à seulement 16 km de la surface. Le volcan de Yellowstone est déjà entré en éruption plusieurs fois, avec notamment deux grosses éruptions explosives il y a 2.1 et 1.3 millions d'années. Les géologues savent que le volcan explosera encore, mais a priori pas avant au moins 10 000 ans, ce sera sans doute alors une catastrophe planétaire d'une puissance estimée à 1000 fois celle de l'éruption du Mont Saint Helens en 1980. Et en effet, ce qui frappe quand on visite Yellowstone, c'est que ça fume, ça glougloute, ça bulle, ça jaillit de partout, le tout avec un délicat fumet de souffre accompagné de relents d’œuf pourri ! J'adore :-)

Nous avions choisi de planter notre tente à Norris Campground au nord-ouest du parc. En visitant au mois d’août et malgré la météo assez mauvaise, nous avons eu un gros coup de chance de trouver un emplacement du premier coup. Comme dans la plupart des parcs américains, les campings sont magnifiques, situés en pleine nature, avec des emplacements immenses, une table et un bac pour faire du feu. Côté sanitaire c'est un peu spartiate, mais à Norris il y avait tout de même des lavabos (eau froide) et des toilettes "à flush" (luxe suprême) !

La fragilité extrême du site (il parait qu'une simple pierre jetée dans la bouche d'un geyser peut le rendre inactif) a entraîné la mise en oeuvre de contraintes drastiques afin de canaliser les millions de visiteurs annuels. Cela peut parfois sembler un peu frustrant de se trouver confiné sur des passerelles de bois, mais il faut reconnaître que c'est très bien fait et nous avons été vraiment admiratifs des efforts déployé pour à la fois protéger le site et le rendre accessible au plus grand nombre. Sur les routes, il y a des "turn out" partout afin de permettre au voitures de s'arrêter pour observer la faune sauvage.
Le geyser "Daisy"
Le plus connu des geysers de Yellowstone se nomme "Old Faithful" en raison de son caractère très prédictible, celui-ci entre en effet en éruption toutes les 90 minutes environ et la durée de la précédente éruption permet de connaitre assez précisément l'heure de survenue de la suivante. Autant dire que cela attire beaucoup de monde... à tel point que des gradins ont été installés autour du site. Mais il y a bien d'autres geysers dans le bassin de Old Faithful ou dans celui de Norris. Certains sont plus où moins prédictibles, avec parfois des incertitudes de plusieurs heures, d'autres ne le sont pas du tout... Nous avons été assez chanceux car nous avons pu voir une bonne dizaine d'éruptions et pour certaines nous nous trouvions juste là au bon moment, par hasard ! C'est très impressionnant d'observer ces jets d'eau et de vapeur mêlée qui montent à 20 ou 30 m puis qui s'arrêtent brusquement après quelques dizaines de minutes ou même plusieurs heures pour certains.
Nous avons eu aussi la chance de voir jusqu'à trois éruptions simultanément, on ne sait alors plus où donner de la tête et on a un peu l'impression d'être sur une autre planète.
La fontaine "Morning Glory" dans le bassin de Old Faithful



Si les geysers offrent le spectacle le plus impressionnant, nous avons aussi été époustouflés par la beauté des fontaines, c'est à dire des résurgences d'eau souterraine qui prennent de multiples couleurs. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce ne sont pas des oxydes qui sont à l'origine des couleurs, mais des bactéries thermophiles qui se nourrissent du souffre présent dans l'eau, la couleur des dépôts qui bordent les fontaines est liée à la température de l'eau, certaines bactéries peuvent survivre à des températures supérieures à 80o, on parle alors d'extrêmophiles.
Le "Grand Prismatic"
la digestion du souffre par les bactéries est à l'origine de l'odeur d’œuf pourri omniprésente et s'accompagne d'une production d'acide sulfurique qui à certains endroits, dissout la roche et forme des marmites bouillantes de boues. La fontaine la plus connue est certainement le "Grand Prismatic", mais il y en a plein d'autres à Yellowstone et les couleurs sont tout simplement incroyables ! Le soleil n'était pas vraiment au rendez-vous, mais le ciel nuageux donnait un petit côté "dramatique" au paysage.


Toujours dans le domaine "thermal", les terrasses de "Mammoth" au nord du parc, offrent encore un autre spectacle, il s'agit de fontaines dont l'eau dégouline le long de falaises et dont les dépôts forment des sortes de terrasses qui sont soit très colorées si la fontaine est active, soit tout en nuances de gris lorsque l'eau s'est tarie. 
Mammoth Terraces
En parcourant cet endroit on réalise à quel point tout ici est actif ; certaines terrasses, aujourd'hui sèches et grises étaient encore bien actives et colorées il y a quelques dizaines d'années, alors qu'à d'autres endroits, on voit bien que des sources brûlantes viennent juste de jaillir ou changer de cours en empoisonnant et en brûlant bon nombre d'arbres.


"Lower Fall" dans le canyon de Yellowstone
Yellowstone c'est aussi le nom de la rivière qui traverse une partie du parc et qui forme un canyon très profond avec des chutes d'eau impressionnantes.
Il est possible de se rapprocher du bord de la chute principale - "Lower Fall" - en empruntant le chemin de "l'Oncle Tom", en hommage à Tom Richardson qui  dans les années 1900 emmenait les touristes aventureux au fond du canyon, via un escalier de 528 marches, des échelles et des cordes. Aujourd'hui l'escalier compte 200 marches de moins (il s'arrête à la cascade), mais on les sent bien lorsqu'il faut les remonter alors que tout cela se situe vers 2500 m d'altitude.
"Upper Fall comme son nom l'indique se situe un peu en amont, et bien que moins vertigineuse, reste très impressionnante par son débit et sa puissance.
Pronghorn

Enfin, Yellowstone c'est aussi une réserve d'animaux sauvages. Nous espérions voir des élans ("Moose" aux États-Unis, mais nous avons appris que suite au gigantesque incendie de 1988, l'essentiel des arbres qui fournissaient leur nourriture ayant brûlés, ceux-ci ont en grande partie quittés le parc. Yellowstone reste un refuge pour les bisons qui ont été sauvés in extremis des grands massacres perpétrés par quelques pseudo-chasseurs du 19ème siècle. Nous avons pu voir quelques beaux spécimens et des troupeaux impressionnants. Nous avons aussi vu des coyotes, des marmottes à ventre jaune, bon nombre de cervidés et des "Pronghorns", la seule espèce d'antilope vivant sur le continent américain. Nous n'avons vu ni loups, ni ours (ours noirs et Grizzlis) pourtant assez communs dans le parc. 
Sur le chemin du retour nous avons fait une étape de camping à "Grand Teton National Park" au sud de Yellowstone. C'est une zone montagneuse assez élevée (la montagne "Grand Teton" culmine à plus de 4000 m) qui rappelle un peu les Alpes et qui s'étend le long de la "Snake River". Les pentes des montagnes tombent littéralement dans une succession de lacs, ce qui donne des paysages absolument splendides.
Jenny Lake à Grand Teton National Park
Après tout se périple, nous sommes rentrés en passant par "Craters of the Moon", un parc volcanique tout à fait étonnant et splendide, situé dans une zone où le point chaud qui est maintenant sous Yellowstone, a provoqué par le passé plusieurs éruptions majeures. Le parc est une véritable encyclopédie de géologie à ciel ouvert. Nous n'avions que peu de temps malheureusement mais nous y retournerons.
Craters of the Moon

Et pour finir en beauté, nous avons traversé une partie du Nevada par la "Midas-Tuscarora county road", 90 miles de route de poussière, seuls en pleine nature, extraordinaire !
Heureux(se) au milieu du Nevada


Liens vers nos photos :


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire